Signalétique piste cyclable

La Politique globale de déplacement (PGD) est une politique d’aménagement du centre ancien, intégrant les transports entre les quartiers. Elle vise aussi la dynamisation économique du centre-ville.

La municipalité veut harmoniser l’espace public partagé entre résidents, visiteurs, commerçants, piétons et cyclistes. La ville a également le devoir de protéger la valeur historique et culturelle du secteur sauvegardé dont l’attractivité est source de richesse pour toute la commune.

La municipalité a commandé en 2004 une étude afin de disposer d’un diagnostic sur les déplacements en ville, la circulation et le stationnement. Trois axes d’intervention ont été retenus :

  1. renforcer l’attractivité commerciale du centre-ville ;
  2. canaliser le trafic automobile ;
  3. conforter la place des piétons et des cyclistes.

Dès 2005, la municipalité a commencé à mettre en œuvre la PGD, avec des interventions progressives selon un schéma directeur.

Patrick Chauvin, 1er adjoint au maire Le maire d’Arles Hervé Schiavetti esquisse l’avenir :

Quels sont les enjeux des années à venir pour le centre-ville ?

D’abord, il faut rappeler que le centre-ville n’est pas un quartier comme les autres. Il est le cœur d’Arles. Il appartient à tous les Arlésiens. Le centre ancien est un moteur économique, comme le dit Hervé Schiavetti : c’est le seul centre commercial du monde inscrit au patrimoine de l’humanité. Notre objectif est donc de favoriser l’activité commerciale, économique et les créations d’emplois dans le centre-ville. Pour y parvenir, il faut le rendre plus accueillant encore grâce à des plans d’actions dans les domaines de la circulation, du stationnement, de la sécurité, de la voirie et de la propreté mais aussi de l’offre marchande.

Quelles sont les premières étapes de cette stratégie ?

Nous travaillons à un nouveau plan de circulation pour harmoniser les usages du centre ancien et supprimer la circulation de transit. L’outil principal pour réguler la circulation, ce sont les bornes d’accès. Nous faisons évoluer le dispositif, qui est à la fois simple et souple.
Nous travaillons sur ces évolutions pour parvenir en concertation avec les riverains, les hôteliers, les commerçants avec comme seule limite l’intérêt général.