L’été s’annonce et avec lui la saison des festivals. Il sera, cette année encore, rythmé par les belles programmations des Rencontres, des Suds et des Escales du Cargo. Ces associations animent l’été arlésien. Elles méritent d’être accompagnées et soutenues.

Mais ce ne sont pas les seules, qui contribueront à faire d’Arles, un lieu privilégié de découvertes et de détente. D’autres, plus modestes, animeront également notre été, en ville comme dans les villages. Sans être exhaustif, nous pensons à Festiv’Arles, qui lance les festivités autour du folklore et de la maintenance de nos traditions et aux Prémices du Riz qui les concluront, à Voies Off, défricheur incomparable de nouveaux talents photographiques, mais aussi à Conviviença qui explore de nouveaux modes de vie ou Arelate et Peplum qui transforment notre cœur de ville en cité antique… Nous pensons également à ces comités des fêtes et clubs taurins qui, dans les villages, à Mas Thibert, Saliers, Salin, Raphèle, le Sambuc ou Moulès, animeront les chaudes journées et belles soirées d’été.

Cette vitalité associative est indispensable. Grâce à ces centaines de bénévoles et bonnes volontés, nos rues, nos places, nos quartiers et nos villages s’animent. Nos visiteurs découvrent notre art de vivre.

C’est à ce titre qu’on ne peut considérer qu’il puisse exister des « grosses » associations qui devraient être soutenues en raison de leur « place » dans l’économie locale et des « petites », plus modestes, qui devraient se débrouiller seules, sans soutien ni contribution des collectivités.

Depuis plusieurs années désormais, Région et Département diminuent l’aide financière accordée à ce tissu associatif arlésien, si riche et si dense. Ainsi, de très nombreuses associations sont contraintes de réduire leurs interventions, certaines sont menacées de disparition. C’est là un véritable choix de la majorité « Les Républicains » de ces deux collectivités.

Ce choix ignore le lien social, la convivialité que favorisent ces associations. Sans elle, pas d’animations sportives et culturelles, sans elles pas d’activités ludiques, sans elles pas d’échanges, pas de loisirs, pas de joies, pas de bonheurs partagés…

La vie associative est le terreau sur lequel se construit une société ouverte, apaisée et généreuse. Ne l’oublions pas…..

David Grzyb