Arles est une destination touristique majeure. Le tourisme représente plus du tiers de notre économie locale. Il doit être la pierre angulaire d’un projet politique et économique. L’office municipal du Tourisme joue pleinement son rôle et son comité de direction, comme l’ensemble de ses agents, multiplient les initiatives et les efforts pour améliorer l’accueil et le séjour de nos visiteurs.

Municipalité et intercommunalité ont également un rôle majeur à jouer. Il nous faut construire une véritable politique de développement touristique, autour, notamment de deux axes importants.

Une promotion plus affirmée de notre territoire avec des campagnes de communication ciblées, en particulier pour le développement d’un tourisme de proximité, hors saison. L’objectif majeur doit être d’étendre la saison touristique. La richesse et la diversité de nos propositions culturelles mais aussi les formidables espaces qui nous entourent (Camargue, Alpilles, Crau…) sont une chance. Arles est ville « Porte » de deux Parcs Naturels Régionaux. Faisons de cette situation unique sur le territoire national un atout, au moment où la « soif » de nature n’a jamais été aussi forte. Nous devons nous tourner vers un tourisme durable et responsable qui respecte l’environnement naturel, la culture et l’économie locale.

Une formation aux métiers du tourisme renforcée. L’accueil touristique ne s’improvise pas. Ce n’est pas un simple « job » d’été. Les progrès réalisés, ces dernières années, par de très nombreux professionnels sont à souligner, mais beaucoup reste à faire, notamment pour trouver et pérenniser les compétences et les savoir-faire. Des formations adaptées doivent, utilement, être mises en œuvre, par l’intercommunalité au titre des programmes d’accès à l’emploi. Le tourisme est une source d’emplois pour tous les arlésiens, quel que soit leur niveau de formation initial.

Il nous faudra également définir, avec les professionnels du secteur, la forme du tourisme que nous voulons. Il n’est pas sûr que le tourisme de « masse », où nos visiteurs déambulent au pas de charge, dans le cadre d’un circuit formaté, soit notre seule opportunité. Arles peut et doit devenir une destination de séjours et non plus seulement un site prestigieux, que l’on aurait la prétention de découvrir en une, voire une demi-journée.

Le tourisme est une chance pour notre commune. Il doit être placé au cœur des politiques communales et intercommunales.

David Grzyb