Une nouvelle fois, le projet de contournement autoroutier a fait la une de la presse.

Un rappel s’impose. Le projet de contournement ne vise pas à faire une nouvelle autoroute mais à réaliser le dernier maillon autoroutier manquant (26 kilomètres), depuis Naples jusqu’à Gibraltar et à séparer, ainsi, trafic international de transit et desserte locale. Ce contournement est attendu depuis plus de 25 ans désormais.

La santé et la sécurité des Arlésiens peuvent-elles encore être prises en otage plus longtemps ?

Car concomitamment au récent concert médiatique, une étude publiée le 12 mars par la revue médicale de la « Société européenne de cardiologie », indique que le nombre de victimes dues à une mauvaise qualité de l’air aurait été très largement sous-estimé. Rapporté à la France, il serait de 67 000 ! L’exposition prolongée et quotidienne à la pollution fait courir des risques pour la santé à long terme.

Je n’oublie pas que 4 000 foyers arlésiens sont directement exposés aux pollutions liées au trafic sur la RN113. Je n’oublie pas que plusieurs cours d’écoles, où sont scolarisés près de 1 500 jeunes Arlésiens, se situent aujourd’hui à moins de 500 mètres à vol d’oiseau de cette route nationale, où l’on compte chaque jour 70 000 véhicules, dont près de 20 000 poids lourds. Je n’oublie pas que Arles est une des agglomérations où les pics de pollutions sont les plus nombreux et parmi les plus élevés.

Enfin, je n’oublie pas qu’il y a quelques semaines à peine, un accident de circulation impliquant un véhicule de transports d’hydrocarbures s’est déroulé à quelques encablures à peine du quartier de La Roquette, fort heureusement sans gravité. En sera-t-il toujours de même ?

La réalisation de ce contournement est aussi le seul moyen de voir se réaliser un nouveau pont sur le Rhône, dont nous avons tant besoin pour repenser nos déplacements, libérer le pont de Trinquetaille et accorder ainsi plus de place aux piétons, aux vélos et à tous les autres modes de transports alternatifs à l’automobile.

Arles est la seule ville – classée au patrimoine mondial de l’humanité – où s’entremêlent trafic international et desserte locale, laissant peser de véritables menaces tant sur notre santé que sur notre sécurité. Cela suffit !!!

 

David Grzyb