La fin d’année 2018 a été catastrophique et l’année 2019 ne semble pas s’engager sous les meilleurs auspices!

Le mouvement des gilets jaunes est révélateur d’une crise sociétale dont le Président de la République ne semble pas prendre toute la mesure.

Le saupoudrage de quelques miettes données d’une main et reprises de l’autre ne suffira pas à guérir le mal. La France souffre de trop d’injustices, de trop d’inégalités aggravées de manière exponentielle ces dernières années. J’ai déjà eu l’occasion de dénoncer les disparités énormes de salaires. Pas normal qu’un aide soignant soit payé à peine au dessus du SMIC et qu’un infirmier hospitalier ou en institution débute entre 1500 et 1700 euros alors que n’importe quel fonctionnaire de l’Assemblée Nationale, débutant en bas de l’échelon, touchera un salaire net de 6400 euros (étude de l’IREF).

Pas normal qu’il existe encore dans notre pays nombre de commissions obscures et à l’utilité douteuse, permettant aux Ex-Ministres OU Ex-Elus d’encaisser des émoluments dépassant souvent les 10 000 euros mensuels.

La réduction du nombre d’Elus est une juste revendication mais il faut également s’attaquer au millefeuille Territorial car la France détient le record du nombre de collectivités locales de l’Union Européenne. Ce serpent de la politique française est source de gabegie financière et la cour des comptes a plusieurs fois pointé les aberrations d’un système qui a empilé les couches sans en enlever. Nous comptons 5 niveaux d’institutions, il en résulte une multiplication des dépenses.

La France est généreuse mais elle n’a plus les moyens de sa politique! Notre système de protection sociale doit être défendu mais il faut corriger les dérives d’une CME offrant la gratuité des soins aux « sans papiers » alors que l’on pourrait la limiter aux soins d’urgence.

L’amélioration du pouvoir d’achat est une priorité et une meilleure rémunération du Travail doit passer pas une réduction drastique des impôts et des taxes sur salaire, ce qui implique un coup de frein aux dépenses de l’Etat et une bonne gestion du Pays.

Le grand débat peut susciter un espoir, comme en son temps pour certains, l’élection d’E. Macron.

Je souhaite qu’il ne se limite pas à une simple psychothérapie collective….

Erick Souque