A l’aube de cette nouvelle année, pouvons nous espérer de grands changements dans la gestion municipale en 2018?
Malheureusement non! L’équipe aux commandes persiste et signe dans une gestion calamiteuse, cependant défendue avec véhémence par le maire et son dauphin Nicolas KOUKAS.
Toujours autant de dépenses inconsidérées et l’argent du contribuable distribué avec désinvolture.
Quant aux recettes, mise à part une fiscalité pesante, on organise un racket au stationnement, calcul à court terme car fatal au centre ancien, au lieu de faciliter l’implantation de nouveaux commerces ou entreprises et la ville emprunte pour rembourser la dette…
Cherchez l’erreur!
Exemple de légèreté : la Ville d’Arles verse une contribution de 258 722 Euros à une école privée conventionnée, ce qui est légal et normal, ce qui l’est beaucoup moins c’est la chaise laissée vide depuis plus d’un an par le représentant de la municipalité aux assemblées générales de la dite école, malgré les invitations réitérées de la directrice de l’établissement. Quelle considération pour les deniers publics!
Lors du Conseil Municipal du 20 décembre 2017, j’ai rappelé aux élus de la majorité l’importance de respecter leurs missions…
Notre personnel municipal en grande partie dévoué mais de plus en plus démotivé nécessite un changement de management afin d’être valorisé et augmenter l’efficience de nos services mais cela implique une exemplarité de l’encadrement et des élus.
Dans la crise que nous traversons, « Arles en Avant » propose une baisse immédiate de 10% des émoluments des élus mais aussi une baisse de 10% des frais de protocole et du budget alloué aux associations.
Parmi les nombreuses associations arlésiennes, certaines sont très méritantes mais la confiance n’empêchant pas le contrôle nous demandons, une fois de plus, qu’une commission composée d’élus de toutes tendances puisse accéder aux comptes, le montant des subventions ne serait alors attribué qu’après étude des projets en gardant pour principe qu’une association subventionnée n’a pas vocation à trésoriser.
Il existe dans notre vénérable cité, des personnes de bonne volonté et de grandes compétences, espérons qu’un jour prochain viendra où, indépendamment de considérations partisanes, elles pourront se rassembler afin de proposer un autre avenir aux arlésiens…

Erick Souque