La rentrée n’est déjà plus qu’un souvenir en ce mois d’octobre et un bilan plus pointu peut être fait de cet été que l’on a pu qualifier de caniculaire.

Rien de bien nouveau sous les cieux Arlésiens pendant cet été 2018.

On a pu noter une fréquentation en hausse des expositions, magnifiques pour la plupart, disséminées dans la ville, avec des touristes toujours plus nombreux, étrangers mais aussi Français. Seul est à déplorer un manque criant d’agents d’accueil à l’Office du Tourisme où on a vu plusieurs « impatients » quitter le bureau, faute d’avoir pu être accueilli physiquement dans des délais raisonnables.

L’hôtellerie semble bien se porter dans notre belle ( mais sale ) cité, les restaurateurs semblent contents même s’il est toujours à déplorer, comme c’est l’habitude malheureusement , des ventes « sauvages » de boissons et collations à prix prohibitifs dans des locaux « prêtés » par des particuliers nantis, qui n’ont pas jugé utiles de payer patentes et impôts, comme les vrais professionnels….

A noter également quelques dysfonctionnements municipaux, en particulier le standard réputé fermer à 16 h 30 mais où vous étiez accueilli par le gardien, sympathique et aimable au demeurant, dès 16 h 10. Pas gravissime me direz-vous mais là où le bât blessait, c’était lorsque vous désiriez obtenir un service dont vous ignoriez le numéro de poste. Là, le malheureux gardien avouait, à son grand regret, qu’il n’était pas en mesure de vous passer le service en question…. Doit-on évoquer une panne générale des horloges municipales ??? Allez savoir…..

Le journal la Provence, toujours optimiste, louait un bilan sécurité calme, très calme même ( sic ) lors de la Féria du Riz, clôture symbolique de la saison d’été. Juste quelques voitures et poubelles incendiées dans certains quartiers, toujours les mêmes Barriol, Grifeuille etc, La routine, quoi ! Rien qui vaille vraiment la peine d’être signalé comme exceptionnel. A noter également des traditions extrêmement sympathiques comme celle de brûler la caravane d’un monsieur de la communauté des gens du voyage malheureusement décédé, qui, sans l’intervention comme toujours diligente de nos Pompiers, aurait conduit à un formidable feu de joie, des bouteilles de gaz se trouvant à proximité.

Choix judicieux également de la date pour la journée des Associations, ( près de 400, toutes Schiavetto-compatibles ), qui a eu lieu le même jour que les Prémices du Riz et la journée du Patrimoine. Choisis ton camp, Kamarade !

Les étés Arlésiens donc se suivent et se ressemblent, dormez tranquilles, Amis Contribuables, tout va bien !

Valérie Nicolai-Villanove