Ami touriste Bonjour ! Les beaux jours arrivent et avec eux, l’envie qu’ont tous ceux qui n’ont pas la chance de vivre toute l’année au soleil, de « descendre » dans le midi pour faire le plein de vitamine D et de ciel bleu.
Toi, touriste chanceux qui a choisi ARLES pour te dépayser, sois le bienvenu.
Quelques mots sans prétention pour te présenter notre belle ville d’ARLES, classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco depuis 1981.
ARLES qui est, après ROME, la ville qui accueille le plus de monuments romains et une des voies qui mène à St Jacques de Compostelle.
ARLES, indissociable de la CAMARGUE, région bénie des Dieux où les chevaux, les taureaux, les oiseaux, le ciel et l’eau vivent en harmonie, et classée Réserve de Biosphère par l’UNESCO.
Qui dit ARLES, évoque immanquablement VAN GOGH et sa recherche de cette luminosité si particulière, PICASSO dont la première exposition au Musée REATTU, en 1957 n’a fait que réactiver ses liens avec la ville et qui quelques 2 ans, avant sa mort, lui a fait don de 57 dessins… Qui dit ARLES, ne peut non plus pas oublier l’E.N.S.P. ( École Nationale Supérieure de la Photographie), ni Lucien CLERGUE, organisateur du premier festival de la Photo en 1969.
Pour découvrir toutes ces merveilles, ami Touriste, il te faudra pourtant franchir quelques obstacles incontournables.
Si tu arrives par le train, point de taxi devant la gare SNCF pour te mener en centre ville.
Tu atteindras la place Lamartine, sa fontaine, la Maison Jaune, la Porte de la Cavalerie.
Puis ses kebabs….
Tu devras trainer ta valise le long du boulevard E. Combes, en veillant bien à éviter les trous dans le trottoir et les déjections canines qui le constellent.
Sur la place de la mairie, la Primatiale St Trophime retiendra ton attention, ainsi que la Chapelle Ste Anne, rasée, dévastée, pillée, anéantie par ce que l’on appelle « les droits de l’homme et le progrès social ».
Tu descendras la rue de la République avec le Musée Arlaten en travaux depuis 10 ans dans laquelle tu croiseras de nombreuses femmes, assises en tailleur à même la chaussée qui te demanderont quelques euros.
Ensuite, le quartier de la Roquette, quartier oh combien chargé d’histoire pour les arlésiens de plus de 50 ans, désormais aux mains des bobos.
Plus loin encore, le musée Bleu, ou Musée de l’Arles Antique, qui contient tous les trésors de l’antiquité.
Tu en ressortiras vivifié, imprégné de racines romaines.
Tu arriveras ensuite tout naturellement dans le quartier de Barriol, silo de voies pour le Maire de notre bonne ville, quartier défini par « la joie du vivre ensemble ».
Dès la tombée du jour, des spectacles pyrotechniques sont organisés par les habitants ; ne te méprends pas, ce pourrait être TA voiture que l’on brule….
Voilà ce que des années de communisme ont fait de notre ville, une ville aux richesses immenses, mais mal tenue, aux chaussées défoncées et à la propreté plus qu’approximative….
Bienvenu à ARLES, ami touriste !

Nadine Cathala