L’intégration de notre commune et des 29 communes du pays dans la Métropole Aix-Marseille est-elle une affaire réglée ? Non ! 
Le Gouvernement a confié au Préfet une mission de concertation auprès des « élus, représentants de la société civile ou du monde économique ». Prenons le gouvernement au mot : faisons de la concertation ! Donnons une chance au Pays d’Arles ! 
C’est que j’ai pu dire au Préfet lors de sa visite il y a quelques jours. 
Je regrette qu’il n’ait pas donné une suite favorable à la fusion des trois intercommunalités du pays d’Arles. 
Une occasion unique de pouvoir s’organiser intelligemment a été manquée. 
Nous ne sommes pas opposés à la métropole marseillaise: mais force est de constater que bon nombre d’élus qui y siègent sont critiques vis à vis de son fonctionnement et des moyens qu’elle a pour fonctionner 
D’ailleurs si les habitants du pays d’Arles venaient à rentrer, les conséquences financières seraient énormes: une étude a estimé l’intégration à 16 millions qui se traduirait automatiquement par une hausse des impôts de nos populations. 
En tant qu’élus locaux, nous ne pouvions nous contenter que seuls les élus et décideurs soient concertés, voilà pourquoi nous avons voulu que tous les arlésiennes et les arlésiens aient leur mot à dire.
Nous avons besoin d’un grand débat public, ouvert, contradictoire sur l’avenir de notre territoire. Les Arlésiens mais aussi les habitants de Saint-Rémy-de-Provence ou encore de Saint-Martin-de-Crau seront aussi appelés à donner leur avis sur ce même sujet, à savoir l’avenir de notre territoire que nous aimons.
Avons-nous les moyens de créer un Pays d’Arles capable d’assumer les missions d’un département ? Oui
Il ne manque qu’un peu de courage et d’audace pour assumer notre destin.
Pour des services publics de proximité, pour que la commune puisse continuer à exercer des compétences clés pour notre avenir, pour que les centres de décisions restent proches des habitants, pour demain  coopérer avec la Métropole mais aussi avec nos voisines Nîmes et Avignon, pour la prise en compte de nos spécificités géographiques et culturelles, nous disons OUI à un Pays d’Arles unifié. Parce que nous croyons en ce territoire, nous disons OUI à un projet alternatif à la Métropole de 2 millions d’habitant. 
C’est aux habitants et eux seuls de décider . 
N’ayons pas peur de donner la parole aux citoyens ! 

Nicolas Koukas