Le bilan des deux mois importants pour l’ensemble de l’année touristique arlésienne est un bilan mitigé. Pour l’office de tourisme le mois de juillet c’est quasiment 22 000 personnes qui ont franchi les portes de celui-ci pour presque 10 000 actes d’accueil. Avec une clientèle à égalité entre touristes français et touristes étrangers. Pour les Français la 1ère clientèle vient de notre région sud Provence-Alpes-Côte d’Azur suivi par l’Ile de France et d’Occitanie. Pour les étrangers le podium se partage avec l’Espagne, l’Allemagne et les Etats-Unis. C’est une hausse de fréquentation de + 20% par rapport à l’an dernier pour les Français + 12% pour la clientèle étrangère.

Soit une moyenne de plus de 700 personnes par jour avec 910 entrées le 29 juillet franchissant la porte de notre Office de Tourisme. Devant la réalité d’un outil totalement obsolète et un manque évident de volonté politique à la construction d’un nouvel office. On ne peut que féliciter l’ensemble du personnel qui a fait preuve d’imagination pour palier cette situation.

Le mois d’août est perçu avec une bonne fréquentation avec entre autres des séjours plus longs et familiaux. Toujours beaucoup de touristes étrangers : Espagnols, Américains, Italiens en majorité. Pour la France le même podium mais c’est l’Ile de France qui est en tête.

Sur un plan plus général, la saison, avec la canicule en toile de fond, est un bon cru, excellent pour certains (Arelate), très moyenne pour d’autres.

A remarquer la forte hausse de fréquentation de l’OT de Salin de Giraud avec l’ouverture du camping, une campagne promotionnelle exceptionnelle avec l’aide du service communication de la Ville et la belle histoire d’un bateau sur la course du Rhum et d’une classe du Sambuc.

Pour les entrées dans les monuments de la ville du 1er janvier 2019 au 31 juillet 2019 nous avons une fréquentation en hausse de + 2,4%, une recette de plus de 2,65% soit 437 620 entrées pour 1 449 676€. Nous récoltons les fruits d’une politique volontariste et d’animation dans nos monuments ; plus de 1000 animations par an et une stratégie qui a su s’adapter à l’évolution de nos publics.

Le tourisme ce n’est pas seulement une vision élitiste mais un outil à bâtir une espérance collective, à placer l’humain au centre de nos préoccupations dans le dialogue et le partage.

Christian Mourisard