2020, l’année de toutes les transitions.
En ce début d’année, nos pensées vont spontanément vers celles et ceux qui souffrent de la maladie,
de la douleur, de l’isolement, vers celles et ceux qui luttent au quotidien pour une vie meilleure, vers celles et ceux qui appellent notre attention, notre affection.
Elles vont également vers nos enfants, pour certains encore dans l’insouciance, pour d’autres en
proie aux questions existentielles de l’adolescence et qui ne tarderont pas à devoir trouver leur place
dans le monde que nous leur construisons.
Un monde fait d’incertitude, d’inquiétude face aux défis que l’Humanité doit relever. Mais un monde également fait d’espoir pour celles et ceux qui savent que la vie est un éternel combat et que
toujours la liberté finit par triompher.
Cet autre monde où prédominent la liberté, le respect, la solidarité est là devant nous, à portée de
mains. Ce monde où les richesses qui se créent sont réparties entre le plus grand nombre, ce monde
qui ne détraque pas les grands équilibres naturels, ce monde où chaque être humain a droit à vivre
dignement en ayant accès aux biens essentiels, l’eau, la nourriture, ce monde n’est pas une illusion.
Ce monde, si tant est que nous sachions laisser de côtés nos préjugés, dépasser nos seuls intérêts
individuels, nous tend les bras. Contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire, nous
avons tous les ingrédients. Il suppose seulement que nous le voulions et que nous nous rassemblions
autour de sa construction.
Nos pensées vont ainsi vers chacune et chacun, vers toutes les Arlésiennes et les Arlésiens et au-delà, tant chaque humain sur cette planète a droit au respect, à l’attention de tous.
Faisons le voeu qu’ensemble, sans laisser personne au bord du chemin, nous sachions trouver la voie qui nous mène vers ce monde où règnent ces mots qui composent notre belle devise républicaine, ces mots de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.
Bonne année 2020 !
Nora Mebarek