L’été s’achève et la Féria du Riz s’annonce. Le centre ville d’Arles, classé Patrimoine mondial de l’humanité et joyau de notre ville, a attiré tout au long de l’été de nombreux touristes qui ont profité d’un cadre authentique et unique.

Arles, ville touristique, doit offrir aussi bien aux arlésiens qu’aux touristes un centre ville accessible, agréable, tranquille et propre.

Pour un centre ville plus accessible, il faut accélérer et étendre sa piétonisation pour rendre les rues aux piétons et aux modes de déplacement doux ; mais il faut aussi repenser le plan de stationnement en révisant les tarifs pour les arlésiens et en offrant du stationnement desservi par des navettes en périphérie de la ville pour les visiteurs.

La piétonisation le rendrait plus agréable mais nous devrions réhabiliter les places principales, fleurir et végétaliser tous les espaces disponibles pour lutter contre la chaleur en période de canicule, renouveler le mobilier urbain et entamer un véritable plan d’éclairage urbain. Eclairage qui contribuerait aussi à rendre le centre ville plus sûr.

Assurer la tranquillité des arlésiens et des visiteurs devrait être la première mission de la police municipale dont les missions devraient être mieux définies pour assurer notre sécurité.

Mais rendre le centre ville agréable rend nécessaire des efforts sur sa propreté : il faudrait augmenter les fréquences de ramassage des ordures ménagères, notamment en période estivale, mais aussi lutter contre les incivilités, une autre mission de la police municipale.

Nous devrons utiliser tous les outils à notre disposition pour mettre en valeur notre centre ville et en faire un lieu de vie pour tous, visiteurs et arlésiens.

Pour qu’il soit vivant, une offre culturelle variée est capitale mais une politique volontariste d’accompagnement des activités et des animations commerciales est nécessaire.

Le petit commerce doit être accompagné par la désignation d’une personne ressource, un manager de CV, en lien avec ACCM, en charge de l’action Coeur de Ville, et par la gestion des pas de porte par un service dédié pour garantir l’harmonie de l’offre.

Il faut faire revenir au centre ville les Arlésiens des quartiers périphériques et des hameaux. Pour cela, je crois en l’attractivité de lieux de vie comme des halles promouvant les produits de nos agriculteurs.

Vous l’aurez compris, je souhaite que notre centre ville soit au coeur d’une politique globale pour que les Arlésiens et leurs familles, les touristes ou les investisseurs se le réapproprient et puissent continuer d’y vivre ou d’y venir.

Cyril Juglaret