L’actualité montre combien un pays ne peut avancer sans débattre, sans que les citoyens soient entendus. Plus que jamais, ils veulent avoir leur mot à dire, être maître de leur destin.

Arles peut s’enorgueillir d’être en pointe en matière de démocratie de proximité. Pour la faire vivre, nous pouvons compter sur de nombreux outils : les comités de quartiers, de villages, notre conseil des sages, le nouveau conseil citoyen pour les quartiers prioritaires. Et, au-delà des outils, il y a la pratique. En tant qu’adjoint à la démocratie de proximité, comme dans le cadre de mon mandat de Conseiller départemental, les Arlésiens savent que ma porte leur est toujours ouverte. Oui, les élus locaux sont bien les premiers interlocuteurs de nos concitoyens, et pas seulement en période de crise.

Le récent succès de la consultation citoyenne sur l’avenir institutionnel du Pays d’Arles avec plus de 5000 votants montre, s’il en était besoin, l’appétit de nos habitants pour la « chose publique », celle qui nous concerne tous. C’est avant tout l’implication massive des Arlésiens qui crédibilise un Pays d’Arles unifié et autonome aux côtés de la Métropole marseillaise.

Mais nous devons aller plus loin.

C’est pour cela que j’ai lancé avec mon binôme conseillère départementale, Aurore Raoux, des cahiers de doléances. Nous allons tenir dans les semaines à venir des permanences sur l’ensemble du Canton (Arles, Les-Saintes-Maries-de-la-mer et Port-saint-Louis-du-Rhône) afin de rencontrer les habitants et que ces derniers nous fassent part de leurs revendications et doléances. Une adresse mail est également à disposition de toutes et de tous : cahierdedoleancesarles@gmail.com.

Vous pouvez compter sur moi, à vos côtés, pour faire remonter vos aspirations, vos revendications. C’est le sens même de mon engagement, de ma raison d’être dans ce conseil municipal.

Nicolas Koukas