Les saisons culturelles se suivent… et ne se ressemblent pas, s’étirant à présent sur toute l’année. Loin de se concurrencer, les événements se raccrochent les uns aux autres, créant l’émulation nécessaire à l’attractivité culturelle et créative de notre ville.

Pour la saison 2019-2020, nos services municipaux ont à nouveau concocté une programmation riche, pour tous, qui fait la part belle aux pratiques  « amateur » et professionnelle, aux artistes locaux comme internationaux.

Cette année le Musée Réattu, la Médiathèque, le Théâtre, les services des archives et de la culture proposeront 17 temps forts, 42 événements et 24 expositions dans une 30aine de lieux. Ils déclineront sur tout le territoire arlésien une éducation artistique et culturelle forte, pour accompagner nos enfants à devenir les publics et artistes de demain.

Le rayonnement d’Arles dans le monde culturel entraîne une responsabilité pour la ville. Celle de se réinventer, de redoubler d’ingéniosité pour tenir son rang, sans tout céder au privé. Un défi !

Les artistes ont donc pour cela besoin d’une puissance publique engagée pour produire et exprimer leur créativité. Les moyens financiers, clef de voûte de cet engagement, vont de pair avec les moyens humains, au cœur d’un soutien à la culture pour tous. Sans les agents du service public pour mettre en musique cette programmation, accompagner les productions et les artistes, organiser tout ce qui ne se voit pas, dans le seul but de satisfaire le public, il n’y a pas, non plus, de politique culturelle.

Nous pensons aux agents de la Médiathèque, en sous-effectif chronique, qui œuvrent toute l’année pour la lecture publique ; ceux du Musée Réattu, en fragilité, pour nous faire découvrir beaux-arts et photographie; ceux qui, malgré la réputation injuste du Théâtre auprès du grand public arlésien, œuvrent sans relâche pour partager spectacles de danse, théâtre et cirque ; ceux des archives, qui nous font découvrir avec si peu, les grands trésors de la ville.

Nous pensons à tous les agents du service culturel, véritables chevilles ouvrières d’une dynamique culturelle à l’échelle de tout un territoire, disponibles et créatifs pour pallier les manques, accueillir les artistes et organiser les coulisses, soucieux d’un vrai service public de qualité.

Cette Ville a besoin de culture. Elle a besoin des artistes, de publics divers, y compris dans nos villages. Elle a besoin, pour la concrétisation de ses rêves, d’un service public culturel fort et fier.

Retrouvez la programmation complète sur kiosque.arles.fr

Claudie Durand