Comment en est-on arrivé là ?
On ne peut pas passer une journée sans avoir la nausée face aux détritus, aux dépôts sauvages qui défigurent la ville !
Comment dans une ville moyenne malgré ses spécificités en est-on arrivé à une telle débâcle du service public ?
Pour le constat, il suffit d’écouter les arlésiens, qui sont dans leur grande majorité en colère car la ville est sale !
Il suffit d’aller sur les réseaux sociaux où chaque jour connaît son lot de photos de tas d’ordures déversés à tous les coins de rue !
Manque de containers, containers qui débordent en permanence, containers enterrés qui dysfonctionnent dès leur réalisation, manque de civisme, démission des autorités municipales, incompétence des élus successifs en charge du problème, indifférence du Maire, ACCM qui est dépassée par le problème, la fermeture de la déchetterie du nord de la ville, manque d’agents municipaux, absence de sanction pour ces incivilités, impunité généralisée… Autant d’arguments avancés par les Arlésiens qui ne trouvent pas d’écho aujourd’hui !
Si les services publics sont défaillants, s’ils doivent être réorganisés ; si rien n’est fait pour nous faciliter l’évacuation de nos déchets, nous ne pouvons pas nous exonérer d’une remise en question !
Certains Arlésiens ne respectent rien et déversent leurs poubelles n’importe où, dégradant le quotidien de tous.
Là encore, nous tous, produisons trop de déchets et nous devons nous interroger sur cette réalité. Certains le font.
Ainsi un collectif d’artistes a cartographié les dépôts d’ordures de la ville et propose une exposition de créations qui utilisent les objets mis au rebus. Cette initiative doit nous interroger sur notre rapport aux objets du quotidien.
Cette nécessaire réflexion individuelle ne dédouane pas la municipalité et l’intercommunalité de leur devoir d’offrir un cadre de vie décent aux Arlésiens.
En plus, maintenant, ils ont une carte des dépôts sauvages, donc plus d’excuse quand les poubelles restent des semaines sur les trottoirs ! Car les gens de bon sens le savent, la saleté appelle la saleté !
Dans des rues propres, les incivilités sont moins nombreuses. Et au pire, il reste la sanction !
Aujourd’hui, chacun agit en toute impunité alors que la Police Municipale devrait être mobilisée sur ce problème tant il prend des proportions inquiétantes.
Nous dénonçons depuis longtemps l’état de nos rues, l’élue responsable répondant inlassablement, comme pour se persuader, « Arles est propre ». Il y a urgence à moderniser le logiciel de gestion…des déchets.

Muriel Boualem