Arles fêtait il y a quelques semaines les 40 ans de l’inscription de ses monuments au patrimoine de l’Unesco. 

Les sites ou monuments qui figurent sur cette liste bénéficient d'une protection juridique par une convention internationale administrée par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). La France compte de nombreux de ses monuments et sites historiques dans cette liste, qui se décline d’ailleurs avec une liste immatérielle du patrimoine historique des nations, dans laquelle on retrouve des techniques artistiques ou cultures culinaires. 

Mais comment décide-t-on qui mérite d'atterrir dans cette liste ?

Quels monuments français sont inscrits au patrimoine français de l'UNESCO ?

Quels sont les critères pour entrer dans le patrimoine de l’UNESCO

Aujourd'hui, la Convention compte 190 États signataires, chacun s'engageant à défendre la mission du patrimoine mondial de l'UNESCO. Mais qu'est-ce qui qualifie exactement de patrimoine culturel ou naturel ? Tel que défini par l'UNESCO, le patrimoine culturel comprend les monuments, tels que les structures architecturales, les œuvres d'art et de science, tandis que le patrimoine naturel comprend les formations qui sont de « valeur universelle exceptionnelle du point de vue esthétique ou scientifique » – le point de vue de la conservation, la beauté ou la science (Directives opérationnelles 2012). L'UNESCO s'attache à rassembler des régions du monde uniques, irremplaçables et diverses dans le cadre de notre patrimoine mondial, un bien commun qui appartient à chacun de nous, quelle que soit sa nationalité.

La Convention a également mis en place le Comité du patrimoine mondial, qui supervise un Fonds du patrimoine mondial qui alloue des subventions aux sites dans le besoin dans le but « d'identifier, de préserver et de promouvoir » les sites du patrimoine mondial (Patrimoine mondial 2008). En France, des initiatives comme la loterie du Patrimoine ont également visé à préserver les sites protégés en France. Mais également à les faire connaître au grand public, par le biais ludique de tirages au loto exceptionnels. 

Pour être considéré comme un site du patrimoine mondial, l'emplacement doit avoir une valeur universelle exceptionnelle, démontrant une importance internationale ; il doit « transcender les frontières nationales et être d'une importance commune pour les générations présentes et futures de toute l'humanité » 

Les critères de sélection sont les suivants : 

  • Représenter un chef-d'œuvre du génie créateur humain ;
  • Présenter un échange important de valeurs humaines, sur une période de temps ou au sein d'une aire culturelle du monde, notamment en matière d'architecture ou de technologie, d'urbanisme ou d'amènagement paysager ;
  • Porter un témoignage unique ou pour le moins exceptionnel d'une tradition culturelle ou d'une civilisation vivante ou disparue ;
  • Être un exemple exceptionnel d'un type de bâtiment, d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage qui illustre (a) une ou plusieurs étapes importantes de l'histoire de l'humanité ;
  • Être un exemple exceptionnel d'établissement humain traditionnel […]
  • Être directement ou matériellement associé à des événements ou à des traditions vivantes.
  • Présenter des phénomènes naturels exceptionnels ou des zones d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles ;

Le patrimoine de l’UNESCO : une source de fierté pour les nations

Une fois qu'un site est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, le prestige qui en résulte contribue souvent à sensibiliser les citoyens et les gouvernements à la préservation du patrimoine. Cette prise de conscience permet naturellement d'augmenter la protection et les fonds accordés à la conservation de ces biens patrimoniaux. Un pays peut également recevoir une aide financière et des conseils d'experts du Comité du patrimoine mondial pour soutenir les activités de préservation de ses sites. 

Cette étiquette dénote également d’une certaine fierté. Une balise patrimoniale attire plus de monde et les touristes seront également plus attirés par un site qu’ils jugeront plus important… ce faisant, il devient une attraction et pourra en retirer des bénéfices, matériels et immatériels. En plus de conserver une valeur historique, cela contribue à l'essor de l'économie. 

Au total, la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO comprend 1 154 monuments dans 167 pays. L'Italie figure en tête de cette liste, avec le plus grand nombre de sites inscrits au patrimoine mondial. La botte en compte 58, dont les centres-villes historiques de Rome et de Florence, ainsi que la côte amalfitaine. La Chine compte 56 sites, dont l'Emporium of the World de l'ère Song-Yuan à Quanzhou. Avec 51 sites, l'Allemagne occupe la troisième place et devance l'Espagne (49) et la France (48). L'Inde se classe sixième sur cette liste.

Un symbole pour les Etats

Le classement du patrimoine mondial aide également le pays qui en bénéficie à acquérir un « statut », tout en améliorant le tourisme et la culture. Chaque site est jugé sur la base de son patrimoine culturel et naturel et de sa valeur pour l'humanité. Le tag sert également d'identité pour la ville et ses habitants. 

Un aperçu du passé nous aide à comprendre le présent. Ainsi, la préservation et la conservation de ces sites sont essentielles, mais cela ne sera possible qu'avec le soutien de l'État, selon les experts.